Pour nous contacter :

0810 100 600 (numéro contact, service 0,06€/min + prix appel)

contact@manuteo.fr

Besoin de + d'info

Manuteo - L'expert de la formation en manutention et sécurité

L'expert de la formation
en manutention & sécurité

Boite à outils

FOCUS SUR L’AIPR (AUTORISATION D’INTERVENTION A PROXIMITE DES RESEAUX)

Publié le 03/02/2022

Actualité : FOCUS SUR L’AIPR (AUTORISATION D’INTERVENTION A PROXIMITE DES RESEAUX)

L’AIPR, Autorisation d’Intervention à Proximité des Réseaux , est devenue une formation obligatoire dans le BTP depuis le 1er janvier 2018. Dominique FRESNE, formateur-référent chez MANUTEO du GROUPE SMARTLOG, nous explique les bases de ce précieux sésame.

A QUI S’ADRESSE LA FORMATION AIPR ?

L’AIPR ou Autorisation d’Intervention à Proximité des Réseaux, que l’employeur est tenu de délivrer, permet de s’assurer de la compétence des professionnels afin de limiter les risques d’accidents, chiffrés à 65 000 en 2015 (tous réseaux confondus, hors réseaux d’eau et d’assainissement) selon le Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer (MEEM). Les trois niveaux d’AIPR s’adressent aux opérateurs (conducteurs d’engins par exemple), aux encadrants  (chefs de chantier) et aux concepteurs (maîtres d’œuvre).

A titre d’exemple, tout conducteur d’engin de chantier qui exécute des travaux à proximité de réseaux souterrains, aériens, ou subaquatiques doit disposer des connaissances théoriques et pratiques appropriés et être titulaire d’une AIPR.

UN TEST SUR PLATEFORME NUMERIQUE, AVEC OU SANS FORMATION PREALABLE

Un salarié peut obtenir l’AIPR après avoir suivi une formation, d’une durée d’une journée pour les opérateurs, et de deux jours pour les encadrants et concepteurs. Mais ceux qui exercent depuis plusieurs années et qui maîtrisent les aspects techniques, peuvent passer directement l’examen sans passer par la formation. « C’est l’employeur qui décide, selon l’expérience du salarié, de lui proposer une formation ou de lui faire passer directement les tests », ajoute Dominique FRESNE.

L’obtention du test de l’Autorisation d’Intervention à Proximité des Réseaux se fait par le biais d’un support numérique. Le candidat se connecte à la plateforme numérique du Ministère de la transition écologique et solidaire (https://enqueteur.qcm.dt-dict.developpement-durable.gouv.fr/) via un jeton d’identification numéroté, personnel et anonyme. Il doit ensuite remplir un questionnaire d’environ 30 à 40 questions, différent selon son niveau d’intervention (opérateur, encadrant ou concepteur ). « Les questions ne seront pas les mêmes pour chacun au même moment, même pour les professionnels de même niveau, afin d’éviter toute tentation de tricherie », souligne le formateur MANUTEO. Le résultat de ce test, d’une durée d’une heure, est communiqué immédiatement par la plateforme.

UNE REGLEMENTATION PRECISE POUR LES TROIS CLASSES DE RESEAUX

Les réseaux sont répartis en trois classes : A, B et C. Pour la classe A, la tolérance (dite « incertitude maximale de localisation ») est inférieure ou égale à 40 cm pour les réseaux rigides, et 50 cm pour les réseaux flexibles. « Si un flexible, par exemple un câble électrique, est enterré à 1 mètre de profondeur, l’engin va s’arrêter de creuser à partir de 50 cm. On procède ensuite à un sondage à la main, effectué par un suiveur qui se trouve dans la tranchée pour guider le pelleur », explique Dominique FRESNE.  Les réseaux référencés en classe B, dont l’incertitude maximale de localisation est inférieure ou égale à 1,50 m, imposent des investigations complémentaires. En classe C, on ignore totalement l’implantation du réseau, et il est nécessaire de faire appel à des entreprises spécialisées pour expertiser le lieu avec du matériel ad hoc (radars, sondeurs, sonars…).

La formation théorique à l’AIPR permet également d’appréhender différentes notions très techniques, dont les couleurs de marquage au sol qui indiquent la nature du réseau, la distance obligatoire entre les différents réseaux (au moins 20 cm), la profondeur d’enfouissement réglementaire (nécessairement plus importante pour les produits chimiques), ou encore les procédures d’urgence dans les cas de force majeure (telles que les fuites de gaz).

UN GUICHET UNIQUE POUR L’ENSEMBLE DES PROFESSIONNELS

Tous les travaux récents doivent être enregistrés sur le guichet unique, plateforme Internet destinée aux concessionnaires de réseaux, pour recenser les informations nécessaires sur les ouvrages aériens, enterrés et subaquatiques. Avant de creuser, l’entreprise prestataire doit d’abord se connecter au guichet unique afin de connaître l’implantation des réseaux d’électricité, d’eau, de gaz et de téléphone.

« Beaucoup de réseaux, notamment les plus anciens, ne sont pas référencés sur le guichet unique ; ce qui peut expliquer certains accidents », indique le formateur-référent. Outre la professionnalisation des intervenants, la réforme a donc également pour objectif d’imposer aux exploitants (Enedis, GRDF, Opérateurs Telecom) de répertorier l’emplacement exact de leurs nouveaux réseaux.

EN SAVOIR PLUS :

–Découvrir les formations AIPR

Les centres de formations MANUTEO

Contactez-nous pour des informations complémentaires

Trouver un centre

Retrouvez tous nos centres ici >

Haut de page
0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez